Comment gérer et protéger ma réputation sur Internet ?

Donc il y a quelques semaines à peine, notre chère Hélène nous faisait une brillante introduction sur l’ E-réputation

E-reputation, Personal Branding, Cyber-intrusion, Réputation online …, mais concrètement comment je fais pour gérer ma réputation en ligne ? Je vais tenter de répondre à cette problématique de manière plus approfondie.

ereputation

1) Se protéger de soi même.

La première règle est de prendre conscience qu’en voulant exister sur Internet et sur les réseaux sociaux, on n’existe plus seulement à son échelle mais à l’échelle d’Internet (à l’échelle mondiale). Cette notion peut sembler évidente mais nécessite un minimum de discipline pour éviter de se croire entre amis et d’être trop naturel.

Prenons l’exemple du commercial de base (on ne va pas donner de nom pour éviter de ternir un peu plus sa e-reputation 🙂 )qui tente l’expérience de la plateforme de microblogging : Twitter.

– Super stylé, je raconte au jour le jour mes aventures sur Twitter :  ” Demain j’ai un voyage d’affaires au Canada, c’est trop stylé ” , ” Oh mais le Canada en fait c’est tout pourri” , “Ah mais dans quel trou perdu j’ai atterri ? ” , “Cette ville est miteuse vivement que je rentre en France”…

Ahaha qu’est ce qu’on se marre. Nous on se marre bien, ses followers aussi, mais le correspondant canadien qui le suivait sur Twitter beaucoup moins. Résultat : Viré et hop tu fais moins le malin.

Même si l’on ne dit pas expressément à son entourage que l’on a un compte Twitter, on empêchera personne de se renseigner sur vous et de lire ce que vous dites. Prenons maintenant l’exemple de Facebook.

2) Se protéger sur Facebook

A notre échelle, notre présence web se confine généralement à Facebook, et la question que tout le monde se pose : comment voir ma situation sur facebook : Pour cela il faut taper sur Google:  site: facebook.com/ “nom prénom”

La règle de survie est bien sur de rendre tout inaccessible en paramétrant sa confidentialité (à part  bien sur si l’on a rien à cacher), encore faut il prendre conscience de cela avant de rejoindre 15 groupes sur le sadomasochisme et de lâcher des commentaires du style “ahaha super drôle ce groupe” parce que là, si votre profil Facebook est votre nom et qu’il n’est pas protégé autant vous dire que c’est un peu fini pour votre e-réputation. Je caricaturise bien sur, mais on sait tous qu’on rejoint des groupes légèrement borderline sans penser aux conséquences.

Comment ça se passe concrètement ?

Les moteurs de recherches vont scanner  les groupes à forte activité et vont remonter  les résultats sur les moteurs de recherches en fonction de votre nom, de la pertinence de cette page par rapport à votre nom et du trafic de la page. Si vous lâchez un commentaire sur un groupe avec beaucoup de monde et beaucoup de trafic sur le mur, vous pouvez être sur que votre commentaire sortira sur Google lorsque vous rechercherez votre nom.

Dans cette situation, il vous faudra supprimer votre commentaire et être patient en attendant que les robots de Google repasse sur cette page pour l’actualiser. Sinon, vous pouvez toujours forcer la chose en demandant à Google de repasser sur la page en question.

Et là, certains me diront, moi c’est bon je suis un petit malin, j’ai pas mis mon vrai nom et prénom sur mon Facebook. Oui, c’est sur c’est mieux, mais si votre employeur vient à connaitre votre pseudo par un contact en commun ou parce que vous faites un tour sur Facebook pendant la pause déjeuner le résultat : site: facebook.com/ “pseudo” sera pire car là vous pourrez pas faire croire qu’il s’agit d’un homonyme. (Je vous ai vu venir :))

Sans compter le fait que généralement votre  identité réelle sera laissée vacante. http://facebook.com/nom.prénom. Ainsi, n’importe qui pourra la prendre.

D’accord, mais pour :

3) Se protéger des autres

Autant le dire tout de suite, je pense que c’est impossible. Une personne qui voudra vous nuire aura aucun problème pour le faire. Par exemple, je fais un petit voyage en Russie, je m’achète un petit serveur et un nom de domaine sous une fausse identité et je créé  www.votrenometprénom.com et je dis ce que je veux. Les gens n’ont pas peur de l’usurpation d’identité où plutôt, n’ont pas conscience de ce phénomène…

Des exemples très concret : www.francois-fillon.com, http://twitter.com/bricehortefeux, www.edfgdf.com http://fr-fr.facebook.com/roselynebachelot Des personnes politiques qui ont plutôt intérêt à soigner leur image, n’ont même pas pris le temps de réserver leur identité numérique. La fille a carrément choppé l’identité de roselyne et rien ne l’empêche de se faire passer pour elle. Donc demain, je refais un petit voyage en Russie, et je créé un gros bad buzz pour leurs images pendant un bon mois, avant qu’ils ne débarquent pour me casser la figure. Les gens ne s’en rendent pas compte, votre nom de domaine c’est votre carte d’identité sur Internet, ne la laissez pas libre !

Les entreprises d’E-Reputation :

Depuis une dizaine d’années maintenant, les agences se sont lancées sur ce filon de la protection de la e-réputation.  Pour ces agences on ne parle pas vraiment de personnes mais plutôt de marques. La gestion de la e-reputation passe essentiellement par de la veille et de l’accompagnement au management communautaire, on ne parle pas de gestion de la réputation mais plutôt d’image de marque. En effet, la réputation qu’elle soit Internet ou non, sera toujours le reflet des actions des marques ou de leur image. C’est là-dessus que les marques peuvent agir.

Concernant la e-réputation d’un individu, le principe est assez simple il consiste au noyage de l’information tendancieuse. Par exemple, une personne inculpée de crime puis innocentée aura toujours des articles infamants sur la toile. Les sociétés d’e-reputation interviennent en noyant l’information : création de blogs en faisant passer la personne pour un homonyme, création de CV avec le nom de domaine, de comptes Twitter, Viadeo, Linkedin etc.

L’information est noyée mais ne sera jamais éliminée.

Conclusion

Je n’ai volontairement pas parlé des paramètres de confidentialité sur Facebook, parce que je suis sur que Flo se fera un plaisir de vous transmettre sa vision…

Observation/Conclusion

J’espère ne pas vous avoir fait trop peur, mais je pense qu’il est nécessaire de prendre conscience de ce phénomène…

Surement parce que je n’ai pas protégé mon compte Facebook depuis sa création :), mais je pense qu’il est quasi impossible de tout contrôler dès lors qu’on a une véritable identité active sur les réseaux sociaux. Si on ne peut pas être naturel alors autant ne pas tenter l’expérience. Vis à vis de ça, je me dit que ça fait partie de ma personnalité et qu’un employeur qui ne me recrutera pas, parce qu’il aura été assez fourbe pour voir qu’a la quinzième page de Google que j’ai créé un groupe pour les fans de Dany Brillant. Je me dirai: tant mieux, j’ai évité de rentrer dans une boîte où je me serai fait fliquer.

Cordialement,

Mouss

15 Commentaires

  • Les tweets qui mentionnent Comment gérer ma réputation sur Internet ? | Nous les Geeks — Topsy.com 29 juin 2010 9 h 32 min
    http://topsy.com/www.nouslesgeeks.fr/2010/06/29/comment-gerer-ma-reputation-sur-internet/?utm_source=pingback&utm_campaign=L2

    […] Ce billet était mentionné sur Twitter par David Schuster, Nous les geeks. Nous les geeks a dit: Nouvel article : Comment gérer ma réputation sur Internet ? http://bit.ly/c0tSTF […]

    Répondre
  • Dav 29 juin 2010 9 h 38 min
    http://www.nouslesgeeks.fr

    Très bon petit tour d’horizon de la e-réputation.
    Pour ma part, je pense qu’il ne faut pas avoir peur d’être présent sur Internet, mais comme tu le dis, il ne faut pas oublier que tout le monde à accès à tout, ce qui peut avoir aussi des avantages si l’on contrôle sa présence sur Internet.
    Par contre, je suis persuadé qu’il faut que l’éducation nationale mette en place des formations, dès le collège pour sensibiliser les jeunes à gérer leur présence en ligne.

    Répondre
  • mouss 29 juin 2010 10 h 38 min

    Merci 🙂
    Comment tu veux que l’éducation nationale mette en place des campagnes de sensibilisation alors que francois-fillon.com, le twitter de brice hortefeux le site de rachida dati en 80 eme position sur son nom témoigne d’une absence totale de prise de conscience ou de moyens dans ce domaine …

    Plus d’info sur le referencement du site de rachida ci dessous http://blog.axe-net.fr/rachida-dati-audit-referencement/

    Ceci dit, c’est une très bonne idée

    Répondre
  • Grégoire 29 juin 2010 11 h 04 min

    Chapeau pour l’article, il est vraiment top !

    Je vous rejoins tous les 2 là-dessus (à savoir “protéger son image” > “sensibiliser” > “délicat”), mais le jeu semble effectivement en valoir la chandelle.

    Je me posais une question en rapport, mais peut-être que vous ne pourrez pas répondre : Savez-vous ce qu’il en est outre-atlantique, ou dans des pays “technologiquement plus avancés” (ouais parce qu’on a beau être chauvins, on a pas inventé grand chose, hein…) en termes d’internet ?
    Les politiques et/ou figures publiques sont-elles plus conscientes du danger que cela peut représenter ? Tentent-elles d’y remédier, ou chacun se débrouille un peu comme chez nous ?

    Merci pour les infos en tout cas !
    Greg

    Répondre
    • Dav 29 juin 2010 14 h 39 min
      http://www.nouslesgeeks.fr

      La France est bien avancé technologiquement, y’a qu’à voir nos offres Internet et téléphonie, qui font parties des plus intéressantes.
      Concernant la e-réputation des personnalités, je sais que notamment sur Twitter /FB ils sont facilement présent (Obama a fait sa campagne sur Twitter, ça commence à faire un bout de temps), mais je ne sais pas si d’une manière générale ils la gère mieux que nous.

      Répondre
  • SLY 2 juillet 2010 9 h 06 min

    Je ne suis pas d’accord, la France est en retard (par rapport à l’Europe)aussi bien dans la téléphonie mobile que dans l’internet. Dans les deux cas les prix sont plus élevés, pour la téléphonie sans doute à cause des accords inter opérateurs. Et pour internet, pendant longtemps (je ne sais pas si c’est encore le cas), nos débits étaient largement plus faible que chez nos voisins…

    Répondre
  • Mouss 6 juillet 2010 0 h 28 min
    http://www.nouslesgeeks.fr

    pas faux, le débat dérive certes mais c’est pas faux. J’espère que Free va rééquilibrer tout ça …

    Répondre
  • LaurentB 21 août 2010 15 h 30 min
    http://www.laurentbourrelly.com/

    La véritable carte d’identité d’une personne/société/marque/organisation est la première page de résultats de recherche Google.
    C’est cela qu’il faut gérer et protéger.
    Pour Facebook, j’ai carrément fermé mon compte. Pas mon truc de faire du fine tuning avec les paramètres de confidentialité. Y a que 2 options à avoir : “on” ou “off”.

    Répondre
    • Mouss 22 août 2010 2 h 33 min

      merci pour les commentaires 🙂

      @laurentbourelly Pas mon truc de faire du fine tuning, “fine tuning” ? du paramétrage de filou ? …

      En tout cas, depuis que j’ai paramétré mon compte en mode rien ne sort et que j’ai supprimé mes commentaires sur des pages douteuses tout va pour le mieux 🙂 je me vois pas me priver de cette formidable plateforme qu’est facebook sous prétexte d’avoir peur de moi même, de monsieur zuckerberg ou d’une entreprise aux pratiques big brotheriennes …

      Répondre
  • Peter 21 août 2010 16 h 52 min

    Assez d’accord avec la conclusion de Mouss’, il faut certes être vigilant sur ses propres actes, mais franchement, autant linkedin ou viadeo sont des réseaux sociaux professionnels, autant fb ou twitter sont cenés être privés. Une boîte qui m’emmerderait au sujet de mon facebook ne mériterait pas de m’avoir comme employé. Il en allait de même avant l’émergence des réseaux sociaux: un patron n’était pas censé fliquer ses collaborateurs dans leur vie privée (“tu as pris une cuite samedi soir? tu es viré”).

    Alors certes, il ne s’agit peut-être pas de mettre toutes ses tofs de toutes ses cuites les plus mémorables (amha pas l’aspect le plus intéressant de sa personnalité à partager de toute façon, même avec ses potes), mais à un certain moment, il s’agit de la responsabilité de l’entreprise de laisser à ses employés une vie privée, et de la respecter. La séparation vie privée/vie professionnelle marche pour les deux acteurs (employés/employeurs); dans le cas contraire on peut parler de voyeurisme de la part de l’entreprise.

    Après, il s’agit de respect de ses engagements, il est certain que traîner sur fb alors qu’on a du boulot n’aidera pas son patron à fermer les yeux sur certaines photos/groupes….

    Répondre
  • techflush 21 octobre 2010 18 h 36 min
    http://techflush.com/2010/10/21/ou-en-est-diaspora/

    […] rigueur, on peut tout à fait rendre son facebook sûr et non intrusif (pour une petit notice, voir ici). On peut même se foutre complètement de la protection de ses données personnelles, solution […]

    Répondre
  • passion travaux 14 janvier 2011 14 h 05 min
    http://www.passion-travaux.com

    bon panorama de l’e-reputation.
    Je pense aussi qu’il faut être présent sur le web mais en vérifiant bien ce que l’on laisse comme image. J’ai pu voir dans une entreprise des postes refusés à certains postulants uniquement parce que le recruteur avait des images peut-être marrantes pour le jeune quelques années auparavant mais jugées inacceptables par l’entreprise. !!

    Répondre
  • tonio 14 janvier 2011 21 h 46 min
    http://www.etapeparetape.net.com

    Le plus drôle sera de voir dans 10 ou 15 ans ce que donneront les réputations de tous ces jeunes de 12-18 ans qui mettent toutes leurs photos sans protéger l’accès et qui risquent de s’en mordre les doigts à la trentaine !!

    Répondre
  • Mouss 15 janvier 2011 9 h 59 min

    @passion travaux ^^
    Ah mais c’est évident, c’est une méthode courante en RH et avec des plateformes comme webmii, yatedo et autre youseemii (je vais écrire un article la dessus). Ce sera encore plus simple d’avoir l’identité numérique d’une personne…

    @tonio : ^^ C’est une génération qui n’a pas eu la chance d’avoir vu évoluer la démocratisation de la prise de parole sur le web, et dont les parents ne sont pas issus de la génération Y.
    Donc peu voir pas de prévention parentale, et une prise de conscience tardive des gouvernements. Résultat : Jessi Slaughter.

    Et bah ca leur fait les pieds à ces jeunes 🙂

    Répondre
  • Surveillance et action : les deux mots d’ordre pour nettoyer Google ! @ Protection-Reputation 14 juin 2012 14 h 13 min
    http://www.protection-reputation.org/surveillance-et-action-les-deux-mots-dordre-pour-nettoyer-google/

    […] de termes avec lesquels les entreprises doivent jongler dans leur stratégie de communication et de gestion de réputation sur Internet avant de supprimer un lien sur Google embarrassant. Une réputation forte assure indubitablement la […]

    Répondre

Repondre Annuler la réponse

Articles liés

« La réussite, c’est un peu de savoir, un peu de savoir-faire et beaucoup de faire-savoir. » Jean Nohain